Sensible au glissement entre l’intime et le réel, mon travail s’affirme comme une surface de liaison entre mon monde intérieur et le monde extérieur.

C’est en me formant au métier de graphiste, en 1987, qu’a commencé ma pratique de la photographie, en noir et blanc.
Le graphisme m’a appris à créer et composer avec le plein et le vide, les marges et les bords, à équilibrer le texte et l’image… sous conditions.
L’acte photographique m’a offert un espace de liberté où montrer ce que je ne dis pas.

En 2003, je commence à travailler en couleurs, avec un appareil numérique. Cette nouvelle pratique correspond à une urgence du besoin de photographier que j’ai à ce moment : je m’empare de l’appareil comme d’un outil d’introspection, de narration et je fais alors de la photographie mon médium.
Par le cadrage je découpe l’espace, je fragmente le réel qui m’entoure.
Je me mets à regarder le monde à la recherche de micro-événements, attentive à cette esthétique du « fragile », de l’imperceptible et de l’impermanence.

Et puis, je m’interroge sur ce que disent mes images.
Désireuse de partager mes questionnements et de construire un travail artistique, je m’inscris en 2016, à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence.
Pendant une année, je vais œuvrer à rendre lisible et cohérent mon travail jusqu’à la conception d’une exposition que je présente à un jury.
Cette expérience m’a permis d’entrevoir ce qui se dit et ce qui se montre sur mes images (DNA option Art obtenu en septembre 2017 – félicitations).
Vivement encouragée et désireuse d’aller plus loin dans mes recherches, je m’inscris à l’Institut supérieur des arts de Toulouse.
Je poursuis et affine mon travail, j’échange avec mes pairs, je rédige un mémoire et prépare une nouvelle exposition.
Cette année m’a permis d’envisager ma démarche artistique au-delà de l’acte photographique lui-même et de m’inscrire dans une contemporanéité (DNSEP option Art obtenu en septembre 2018 – mention).

Aujourd’hui je travaille à partir de mes propres archives photographiques et de collectes : j’accumule et j’assemble ce qui traverse mon regard et l’arrête.
Mes photographies sont autant de traces du monde comme il vibre en moi, et ne cherchent pas à le documenter.
Avec mes assemblages, où s’enlacent les images et parfois les mots, je crée des murmures visuels, de l’étrangeté.
Mes collages, eux, sont comme des surgissements, des objets uniques de narration.

Sensitive to the sliding between the intimate and the real, my work acts like a contact surface between my inner world and the outside world.

It was when I was training to become a graphic designer, in 1987, that my practice of photography began, in black and white.
Graphic design taught me to create and compose with filled and empty space, margins and borders, and to balance text and images… under certain conditions.
The act of taking photographs has given me a space of freedom to show what I do not say.

In 2003, I start working in color with a digital camera. This new practice corresponds to an urgent need to photograph what I have at that moment: I take hold of my camera like an introspective tool, a narrative device, and thus I make photography my medium. Through framing, I cut up space, I fragment the reality around me.
I set about looking at the world in search of micro-events, attentive to this esthetic of the “fragile”, imperceptible and impermanent.

And then, I question myself about what my images are saying.
Wanting to share my questioning and to build an artistic body of work, I enroll in the École supérieure d’art (Higher School of the Arts) of Aix-en-Provence in 2016.
Over the course of a year, I strive to make my work readable and coherent leading up to the design of an exhibition that I present to a jury.
This experience allowed me to sense what is being said and what is being shown in my images (DNA or National Diploma of Art, obtained in September 2017 with distinguished honors).
Strongly encouraged and wanting to go further in my search, I enroll in the Institut supérieur des arts (Higher institute of Art) of Toulouse.
I continue and refine my work, I exchange with my peers, I write a paper and prepare another exhibition.
This year allowed me to contemplate my artistic approach beyond the act of photographing itself and to sign onto a contemporaneity (French DNSEP, Master’s degree equivalent, with Art option obtained in September 2018 with honors).

Today, I work from my own photo archives and collections: I accumulate and I assemble what crosses my eye and stops it.
My photographs are traces of the world such as it vibrates within me, and does not try to document it.
With my assembly, where images and sometimes words intertwine, I create visual murmurs, of strangeness.
My collages are like emergences, unique objects of narration.

Formations

BTS en design graphique, Institut supérieur 
des arts appliqués, Bordeaux, 1987.

DNA option Art (diplôme national d’art), 
École supérieure d’art d’Aix-en-Provence, 2016.

Workshop : Présenter un travail photographique, avec David Brunel, École nationale supérieure 
de la photographie, Arles, 2017.

DNSEP option Art (diplôme national supérieur d’expression plastique), Institut supérieur des arts de Toulouse, 2018.

Expériences

Photographe, depuis 1987.

Graphiste en studios et agences de communication, 1990-2000.

Directrice artistique indépendante, depuis 2001.

Expositions

2020

Manger des yeux, Corinne Deniel, Matt Fremot 
et Ricardo Olerhead, Festival Été indien(s) #3, salle Henri Comte, Arles.
Commissaire : Géraldine Cottebrune.

Entrelacements, salon L’anti chambre #2, 
Hôtel nouvelle République, Paris.
Commissaire : Nathalie Asmae.

2019

Caresser le vide, festival Voies Off, les projections, cour de l’Archevêché, Arles.

Mentions :
Coup de cœur : Cadaquès festival.
Artist short-listed : Athens Photo Festival.

2018

Être partout comme dans sa chambre, Institut supérieur des Arts de Toulouse (DNSEP option Art).

Concours :
Tarnos, l’autre regard. Regards sur les zones d’activités économiques, concours organisé par 
le collectif Point virgule, Paris. Mention spéciale.

2017

Caresser le vide, École supérieur d’arts d’Aix, 
Aix-en-Provence (DNA option Art).

2016

Poétique des contenants, Les parcours du Festival Phot’Aix, Aix-en-Provence.
Commissaire : association Camera obscure.

Festival KEO (Keep an eye out), festival de photographie contemporaine, Albi.
Commissaire : Pierre Rousseau.

2015

Exposition collective : Mimêsis, Galerie l’Atelier, Toulouse.

Publications

2019

Fisheye magazine (n° 34), Janvier 2019. 
Les yeux dans les ZAE, par Sophie Léron.

Revue Sur-Mesure #4. 
Regards sur les zones d’activités économiques.

Education

BTS (advanced technician’s certificate) in graphic design, Institut supérieur des arts appliqués (Higher institute of applied arts), Bordeaux, 1987.

DNA (National diploma of art) art option, École supérieure d’art (Higher school of the arts) of Aix-en-Provence, 2016.

Workshop: Présenter un travail photographique (Present a photographic work), with David Brunel, École nationale supérieure de la photographie (Higher national school of photography), Arles, 2017.

DNSEP (National higher diploma of plastic expression) art option, Institut supérieur des arts (Higher institute of the arts) of Toulouse, 2018.

Experiences

Photographer, since 1987.

Graphic designer in studios and communication agencies, 1990-2000.

Independent artistic director, since 2001.

Exhibitions

2020

Manger des yeux (Eat with your eyes), Corinne Deniel, Matt Fremot and Ricardo Olerhead, Indian Summer Festival(s) #3,
Henri Comte room, Arles.
Commissioner: Géraldine Cottebrune.

Entrelacements (Interlacing), exhibition L’anti chambre #2, Hôtel nouvelle République, Paris.
Commissioner: Nathalie Asmae.

2019

Caresser le vide (Caress the emptiness), Voiceover festival, projections, Archbishopric courtyard, Arles.

Awards:
Jury’s favorite: Cadaquès festival.
Short-listed artist: Athens Photo Festival.

2018

Être partout comme dans sa chambre (Be everywhere like in your room), Institut supérieur des Arts de Toulouse (DNSEP art option).

Competition:
Tarnos, l’autre regard (Tarnos, the other view). Looks at industrial commercial zones, competition organized by the Point virgule collective, Paris. Honorable mention.

2017

Caresser le vide (Caress the emptiness), École supérieur d’arts d’Aix, 
Aix-en-Provence (DNA art option).

2016

Poétique des contenants (poetics of containers), Festival Phot’Aix, Aix-en-Provence.
Commissioner: Camera obscure association.

Festival KEO (Keep an eye out), festival of contemporary photography, Albi.
Commissioner: Pierre Rousseau.

2015

Collective exhibition : Mimêsis, Galerie l’Atelier, Toulouse.

Publications

2019

Fisheye magazine (n° 34), Janvier 2019. Les yeux dans les ZAE (Eyes in industrial commercial zones), by Sophie Léron.

Revue Sur-Mesure #4. Regards sur les zones d’activités économiques (Looks at industrial commercial zones).

Corinne Deniel. Tous droits réservés.        Instagram — Credits/Mentions